Archive for juin, 2008

L’Humanité : « Les requins de l’écologie » le roman Réchauffement Climatique de J.P.Demont-Pierot

J’ai lu ce jour cet article de l’Huma paru le 21 juin concernant le roman, avec en sous-titre  » les requins de l’écologie  » et le donne en lecture ici :

 » On peut lire cet ouvrage comme une histoire policière fidèle aux règles du genre : intrigue à rebondissements, exotisme, violence, désir. Des personnages emblématiques, journalistes intrépides et sans faiblesses, une brochette d’hommes d’affaires à la morale chancelante, sur fond de grand marché mondial de l’écologie, des victimes qui se comptent par millions : populations déplacées, pourchassées, spoliées, réduites au silence quand ce n’est pas au travail forcé ou à la prostitution. L’aventure rejoint la tragédie, et la vérité dépasse la fiction. On est en Birmanie, et ceux qui tirent les ficelles sont les compagnies pétrolières, Total…, les marchands d’armes, les militaires et l’argent, beaucoup d’argent, qui, comme on sait, est le nerf de la guerre à Paris, Genève ou New York. Tout le monde, néanmoins, n’est pas à vendre. Certains résistent, des solidarités se nouent et sont parfois victorieuses  » Lucien Degoy

juin 25, 2008 at 12:40 Laisser un commentaire

Petit bonheur d’un matin pluvieux de juin…

La vie d’un auteur est souvent difficile, j’en parle d’expérience, mais elle est aussi pleine de petits bonheurs, tel celui ressenti par ce message reçu ce matin de Sophie qui tient avec courage et détermination le blog de la Birmanie libre (lien colonne droite)

 » J’ai fini votre livre, et le l’ai prêté à Kathy, qui a le blog « Birmanie mon cœur saigne », qui a déjà mis un lien vers votre blog, qui vous a déjà contacté je pense, et qui doit être en train de le dévorer.
Les témoignages sur Total sont tirés de témoignages réels que vous avez reçus ? Je prépare un article sur le génocide karen, j’ai encore plusieurs traductions à faire. C’est dedans je pense que je citerai votre livre. J’ai aimé cette quête de l’essentiel, tragique, sensuelle et victorieuse… »

juin 8, 2008 at 8:49 2 commentaires

Pour une littérature de solidarité !

De mes entretiens avec certains journalistes dont la traduction audiovisuelle devrait être effective bientôt sur le net (le Flambeau, Agoravox et Bakchich…) concernant la sortie de mon roman Réchauffement Climatique, il ressort quelques points forts que je vais reprendre ici :

  • Total en Birmanie : Une grande partie des scènes du livre se situe dans ce pays. Dictature sanglante et silencieuse, ce pays qui fut le plus riche et développé du Sud-Est asiatique il y a encore une trentaine d’années est devenu l’un des plus pauvres. Je ne reviendrai pas sur les circonstances de sa destruction par les généraux birmans mais sur celles qui ont sauvé leur pourvoir. Peu avant la construction du gazoduc de Yadana, le rapport de force entre le peuple, la rébellion armée des certaines minorités (Karen en particulier) et l’armée birmane n’était plus en faveur de cette dernière. Très concrètement, ce qui les sauva, ce fut bien cette manne financière, de 1995 jusqu’à nos jours, d’après les estimations près de dix milliards de dollars, qui permit la construction d’un instrument répressif dont on a vu la performance au cours des manifestations d’octobre dernier. En 2007, les versements de Total à la junte ont pu couvrir les dépenses annuelles de l’armée, soit près de 700 millions de dollars. Si on a accusé, à juste titre, Total de complicité de crime de travaux forcés et d’esclavage, ce ne sont malheureusement que des dégâts collatéraux vis à vis de ce crime d’avoir permis à une dictature de doter d’une puissance de feu et de destruction. On peut naïvement se demander pourquoi… Parce que Total a objectivement besoin d’un régime de fer et de sang pour tranquillement exploiter les ressources de ce pays. D’une certaine façon, commanditaire de criminels, Total en Birmanie joue le rôle d’organisation criminelle
  • Kouchner : Tout le monde connait maintenant les circonstances de la rédaction de son rapport rédigé en 2003, le prix payé par Total, près de 30.000 euros, et les rumeurs assez solides de complément de rémunération (certains annoncent des chiffres dépassant les 200.000 euros). Le prix pour vendre son âme d’humaniste, mais faudrait-il qu’il en soit pourvu… D’une certaine façon, Marie Varney, journaliste d’investigation dans mon roman fait le travail qu’il n’a pas voulu faire : Retrouver des témoins, aller sur le terrain et dénoncer cet épouvantable scandale.
  • Industrie pétrolière : Le roman met aussi en évidence les arcanes de l’industrie pétrolière actuelle, ces hommes de l’ombre, ce qui se passe aussi en Azerbaïdjan dans le cadre des gazoduc et oléoduc (South Caucasus Pipeline Company SCPC dont Total est partenaire – gazoduc qui achemine le gaz produit sur Shah Deniz vers les marchés turc et géorgien, et oléoduc BTC Bakou-Tbilissi-Ceyhan qui relie Bakou à la mer Méditerranée) les mêmes pratiques insupportables, mais aussi la nécessité de cette industrie qui fut le responsable d’une pollution durable, de se présenter actuellement comme le meilleur défenseur des énergies nouvelles. Dans vingt ans il n’y a plus de pétrole mais les actionnaires sont une race vorace et il faudra bien trouver de nouveaux moyens pour les nourrir….
  • Littérature utile : J’évoque souvent la thématique d’une littérature utile. Réchauffement climatique n’est pas seulement un roman sur la Birmanie, sur l’industrie pétrolière et le réchauffement climatique mais aussi sur la vie, la rédemption de Nicolas Renan, le personnage principal, un type comme vous et moi, pris dans ses contradictions qui finalement ne comprend rien à notre monde, à cette époque terrible qui nous écrase. Et c’est cela, une littérature de solidarité, parler des autres, personnages de fiction mais aussi de chair et de sang, montrer que dans toute maladie, celle de notre terre, comme celle dont va souffrir Nicolas, il y a des clés à tourner dans le bon ou le mauvais sens, mais que l’impulsion ne peut être donnée que par la prise de conscience et la solidarité des hommes de bonne volonté…

juin 5, 2008 at 4:03 6 commentaires

Où trouver le roman « Réchauffement Climatique »…

On demande très souvent où trouver le roman  » Réchauffement Climatique «  On a fait en sorte que cela soit simple, mais sans passer par les arcanes des grands distributeurs. Il est donc disponible sur kiroed, le site internet des éditions kirographaires : www.kiroed.com avec paiement en ligne Paypal (ou par chèque) et livraison gratuite sous 24H. Vous y trouverez aussi des extraits du roman à lire ou à télécharger, ainsi que d’autres infos.  Le livre est aussi disponible sur les sites marchands classiques type Alapage et dans les librairies. Si le libraire de votre choix ne l’a pas en stock, il peut le commander et le livre lui est envoyé sous 24 h…

juin 1, 2008 at 11:29 Laisser un commentaire


Catégories

Articles récents

Commentaires récents

André Mainguy sur TOTAL(E) IMPUNITE
demontpierot sur TOTAL(E) IMPUNITE
Martin Ferrari Domin… sur Ulysse et les OGM
Corset sur Petit bonheur d’un matin…
Aurélien Blanchard sur TOTAL(E) IMPUNITE